Month 2 – Dance With Me

Dec. 2016

Après son premier mensuversaire (1 mois), deux nouvelles activités font leur apparition dans la routine quotidienne:
After the one-month mark, a couple of activities made it onto the daily schedule:

Les entraînements aux arts du combat – Training into combat arts
Shenaya apprend la boxe. Ca commence par les poses (les poings fermés et l’air méchant), puis l’entraînement et finalement le combat au sommet: La finale des poids plumes entre Shenaya et la fameuse “Chouette Verte” (petite, mais redoutable dans ses ripostes).

Shenaya learns boxing. It starts with the poses (fists clenched and looking naughty), then daily training, and finally the fight at the top: The final of the flyweights between Shenaya and the famous “Green Owl” (small, but has formidable counter attacks).

IMG_20161224_152752

Bong! C’est le début du combat!
Bong! The match starts!

IMG_20161214_185804

… Ah! La Chouette a plus d’un tour dans son sac!
That pesky Green Owl has more than one trick up her sleeves!

Flâneries d’une nuit d’été – Midsummer night’s stroll

IMG_0036

En décembre, il y a aussi cette drôle d’affaire des couvre-chefs rouges… December is also the time for this curious business of red headwear…


L’autre nouveauté, c’est le découverte du monde de “dehors”, vu par les yeux de Shenaya:
Je suis serrée tout contre le ventre de Papa (ou Maman) et ils ont l’air de préparer un truc, je sais pas trop quoi, mais je suis bien au chaud ici et je m’endors.
Quand je me réveille, il fait tout clair, et tout est différent. Je suis toujours coincée contre le ventre, et je dois me faire un torticolis pour voir de quoi il en retourne. Il y a des tas de trucs qui bougent dans tous les sens, des tas de bruits, le plafond est tout bleu, je ne sais plus où donner de la tête!

The other novelty is the discovery of the “outside” world, as seen from the eyes of Shenaya:
I’m tight against Daddy’s (or Mom’s) chest and they seem to be up to something, I don’t know what, but I’m warm here and I fall asleep.
When I wake up, everything is so bright, and everything is different. I’m still stuck against the chest, and I have to twist my neck to see what’s going on. There are loads of things that move all over the place, lots of noises, the ceiling is all blue, I just don’t know where to look!

IMG_20161220_200558

Crépuscule d’une nuit d’été comme Sydney peut nous en offrir
Midsummer night’s sunset.

L’aventure se termine souvent très bien, du point de vue de tous les acteurs impliqués:

The adventure often ends up very happily for all involved parties:

IMG_20161210_142623

A Happy Ending…

(Dance With Me – youtube)

Advertisements
Categories: Uncategorized | 1 Comment

Week 4 – Pure Morning

Shenaya a, comme nombre d’entre nous, un horaire bien rempli. Chaque journée inclut:

Des activités:
Tummy time – 3 x 10 min
Leçons de danse (= danser dans les bras de papa pour s’endormir, au son des hymnes New Wave du meilleur goût, genre The Killing Moon, Golden Brown, Bela Lugosi’s Dead,… en version bossanova par Nouvelle Vague (youtube)) – 3 x 30 min
Pleurer, crier,… – 10 x 5 min

Manger, etc.
Manger (téter) – 14h
Faire du yaourt, des renvois etc. (8 x 5 min)
Se faire changer (8 x 5 min)

Et se reposer:
Dormir (sieste) – 4 x 30 min
Dormir (somnoler) – 5 x 10 min
Dormir (la nuit) – 2 x 3h

Si le total fait plus que 24h, c’est parce qu’elle a déjà maîtrisé le travail multi-tâches, par exemple faire du yaourt pendant le tummy time, dormir en mangeant, ou encore le grand classique faire pipi alors qu’on la change.

IMG_20161127_161522

Shenaya et son meilleurami le lapin se sont chamaillés et font la tête
Shenaya and her bestest friend the rabbit had an argument and are cutti (upset)

IMG_20161127_154441

Ils se sont réconcilés.
They patched up.

Shenaya, like many of us, has a busy schedule. Each day includes:

Activities:
Tummy time – 3 x 10 min
Dance lessons (= fall asleep while dancing in dad’s arms, to the tunes of the best New Wave songs, e.g. The Killing Moon, Golden Brown, Bela Lugosi’s Dead,… toned down in bossanova version by Nouvelle Vague (youtube)) – 3 x 30 min
Crying, shouting, … – 10 x 5 min

Eat, and so on.
Eating (breastfeeding) – 14 h
Make yoghurt, burps etc. (8 x 5 min)
Getting changed (8 x 5 min)

And rest:
Sleeping (nap) – 4 x 30 min
Sleep (doze) – 5 x 10 min
Sleeping (at night) – 2 x 3h

If the total is more than 24 hours, it is because she has already mastered multi-tasking, for example making yoghurt during the tummy time, or sleeping while eating.

Categories: Uncategorized | 1 Comment

Vaccin(e)s?

On cherche une information neutre et impartiale sur les vaccins offerts aux bébés(*). C’est en effet très difficile de s’y retrouver entre les sites des gouvernements qui ressemblent à des brochures d’assurances et usent à profusion des termes plus vagues les uns que les autres (“généralement”, “rares”, et le statistiquement peu convaincant “… n’a pas été mis en évidence”) et les sites alternatifs qui associent la vaccination à s’injecter de la mort-aux-rats, voire pire.

Et comme en gros on est dans la situation de devoir choisir entre le risque d’un mal (un effet secondaire “rare” mais “sérieux” du vaccin) et celui d’un autre (attraper la coqueluche), heureusement faibles dans les deux cas, il va falloir un jour ou l’autre accepter qu’on n’est pas vraiment aux commandes, tirer un choix (à pile ou face?) et s’en remettre à (un) Dieu.

Enfin bon, entre temps, on aimerait entendre (lire en fait) des témoignages personnels de “ça s’est très bien passé, merci” à “ça a été l’enfer pendant une semaine” ou quoi que ce soit qui est (ou n’est pas) arrivé.
Ou toute autre information utile qui nous permettra de plomber la pièce du côté pile ou face…

We are looking for some piece of neutral information about vaccines for newborn babies(*). It is indeed very difficult to paint the right picture, between what’s on government websites, which sound a lot like insurance pamphlets in their wording (“generally”, “rare”, and statistically not-very-convincing “there is not enough evidence that …”) and other alternative sources likening vaccines to poison, or worse.

We are in this uncomfortable place of having to make a choice between one evil (a “rare” but “serious” side effect of the vaccine) and another (catch the whooping cough), but we will have to accept sooner or later that we are not really in control, just make a choice (heads or tails?) and go with it.

So we would like to hear (read actually) any relevant personal stories of “it went very well, thanks” to “it was hell for a week” or whatever did or did not happen.
Or any other useful information that will enable us to load the coin on one side or the other.

En attendant, on entraîne déjà la petite pour son futur combat contre les vilains microbes! Et hop, avec attitude s’il vous plaît!
In the meantime, we’re already training the little one in her defence against the dark germs! With attitude too!

IMG_20161217_114050

Un super héros qui fait Bam! Zap! Yay! (selon le costume), et Ouin! (en vrai)
Our super hero who does Bam! Zap! Yay! (on the costume), and Bwaaah! (in real)


(*)Le menu complet inclut les cocktails Infanrix Hexa (diphtérie, tétanos, coqueluche, hépatite B, polio, HIB), un pneumocoque, un rotavirus et le MMRV (rougeole, oreillons, rubéole, varicelle) et s’étale sur 2 ans.

Categories: Uncategorized | Leave a comment

Week 3 -All Cats Are Grey

soluce

Une solution possible
One possible solution

Une solution possible au jeu de la semaine dernière est illustrée ici. Ce n’est pas la seule, mais elles ont toutes en commun: Rougnougnou (le lapin en peluche) tout seul dans le lit de bébé, bébé se taille la place du lion dans le lit familial, Maman occupe le reste, de manière à rester à portée de lèvres quand le besoin de têter se présente et Papa, quantité superflue, fait avec ce qu’il trouve (jour de chance: aujourd’hui c’est sur le lit).

One possible solution to last week’s game is shown here. It isn’t the only one, and all of them have on thing in common: Rougnougnou (the plush rabbit) on his own in baby’s bed, baby takes the lion’s share of the family bed, Mom takes the rest so she’s within lips distance in case breastfeeding calls and Papa, superfluous quantity, make do with whatever’s left (today is a lucky day: it’s on the bed).

On note aussi que la même logique s’applique aux oreillers: bébé occupe l’oreiller de Maman, et du coup les parents doivent se partager le second.

Note that the same logic applies to pillows: baby occupies Mum’s pillow, and therefore the parents must share the second one.

 

img_20161203_163027

Il y a aussi une version simplifiée, pour la journée.
There is also a simpler version, for day time sleep.

Categories: Uncategorized | Leave a comment

Week 2 – Let’s Go To Bed

gens

Les personnages
The characters

Pour changer des histoires, voici un petit jeu d’agilité cérébrale:
As an intermission in the stories, here’s a small cerebral game:

Placez les personnages ci-dessous:
Place the characters below:

  1. Maman
  2. Papa
  3. Bébé
  4. Rougnougnou (ou Tilapin, le truc en peluche avec des grandes oreilles).
    (the plush thing with long ears)

… à l’emplacement correct dans le(s) lit(s) à l’heure du dodo:
… at the right location in the bed(s) when come bed-time:

  1. Un lit double “Queen-size”,
    A double “Queen-size” bed,
  2. Un bercau “Co-Sleeper” pour bébés de moins de deux ans
    A “Co-Sleeper” bassinet for babies up to 2 years of age.
pieu

les lits (avec guide graphique au milieu du lit “queen”)
the beds (with a helping graphic guide in the middle of the queen-sized one)

img_20161202_173321

Idée de solution (partielle)
Suggestion for a possible solution

Envoyez vos réponses par commentaire. A gagner: Un lit pour bébé, état neuf. Réponse au prochain numéro.
Submit your responses in the comments section. Prize: A second hand baby bassinet, in brand new condition. Solution in the next issue.

Categories: Uncategorized | 2 Comments

Fri. 11 Nov. – A Sort of Homecoming

(Texte en français plus bas)

That’s it, this morning Shenaya successfully passed her weighing and feeding exams, as well as the bath practical, and the midwives jury decided to let us go in the wild! She receives her diploma (papers for the birth certificate), we empty the room which has been her very first home for 5 days and we dress her for her first real world experience, the 20 minutes of the journey until home.

Arriving home, she gets to know her bed (the place where babies are supposed to sleep, as it clears all relevant safety standards), the sofa, the cushions, our bed, and so on (all those places where she actually likes to sleep), the changing board (where she pees right within those 2 seconds between one nappy is removed and replaced by another one) and the schedules of the real life (Afternoon: siesta, evening: siesta, midnight: paaaaarty time!)

img_20161112_141234

Un bébé averti…
Better be safe…

Ca y est, ce matin Shenaya a brillement réussi ses examens de pesée, de tétée et l’exercice pratique de bain, et le jury de la maternité a décidé de nous lâcher dans la nature! Elle reçoit son diplôme (les papiers pour le certificat de naissance), on vide la chambre qui aura été son premier foyer pendant 5 jours et on l’habille pour sa première sortie dans le vrai monde, les 20 minutes du trajet jusqu’à la maison.

Arrivés à la maison, elle fait connaissance avec son lit (le machin qui passe toutes les normes de sécurité pour faire dormir un bébé), et tous ces autres endroits où c’est bien plus agréable de s’endormir: le canapé, les coussins, notre lit, etc. (et qui sont d’autant plus agréables qu’ils sont déconseillés).

Puis la planche à langer (c’est là qu’on fait pipi juste entre deux langes) et les horaires des la vraie vie (après-midi: dodo; soir: dodo; minuit: paaaaarty time!)

Categories: Uncategorized | 1 Comment

Mon. 7 Nov – 007 License to milk

img_6646

Petite photo de famille, où on s’est mis sur le 31 (càd on a remplacé le peignoir d’hôpital par des habits normaux).
A pretty family picture, dressed to kill (i.e. drop the traditional hospital bathrobe and put some clothes). 

(English text below)

A compter d’aujourd’hui (non, en fait ça avait déjà commencé vendredi), on est entré dans un monde parallèle où le temps n’est plus ce métronome régulier fait d’heures, de jours et de semaines tel qu’on le connaît, mais une espèce de purée informe avec quelques grumeaux de ci, de là. De temps en temps, un serveur apparaît dans la chambre avec un plateau nommé “lunch” ou “dinner”, qui nous donnent une indication de l’existence du monde parallèle, celui du métronome.

Le plateau recèle une assiette avec quelques légumes bouillis, une bouteille d’eau et quelques potiquets(*) ou sachets contenant divers liquides plus ou moins visqueux. En tant que deuxième occupant de la chambre, je n’ai pas droit à mon plateau et vais donc me ravitailler à la cantine de l’hôpital, dont j’ai eu le temps de visiter le menu de fond en comble, pour mon plus grand bonheur gastronomique.

La troisième locataire de la chambre n’a elle non plus pas droit aux légumes. Elle est au mono-regime matrilactique, ce qui est nettement plus vite écrit que fait. Naïvement, on aurait l’impression que puisque la nature fait bien les choses, et que tout un ordre animal fonctionne comme ça depuis Mathusalem, se nourrir au lait maternel, ça coule de source. Eh bien non c’est pas si simple. Mettre cette source-là en route, c’est toute une affaire qui a requis notre collaboration à tous les trois, plus une demi-douzaine de sage-femmes.

Notre principale activité de la journée consiste à collecter le colostrum, un peu comme les elfes collectent la rosée du matin, perle par perle, chaque perle plus précieuse qu’un diamant. Et aussi, question de rompre la monotonie d’une tâche qui n’est pas des plus comiques, de choisir un nom à notre princesse, prendre des photos, annoncer sa naissance au monde, etc.

Si on a brillamment réussi l’épisode des photos, le soir venu (euphémisme pour dire “à 5h du matin”), Shenaya (… on s’est aussi mis d’accord sur son prénom!) a raté son examen de “pesée du 3ème jour”, avec un résultat en-dessous de la moyenne. Grand affairement dans la midwifery, et paf, on nous l’envoie suivre des cours de rattrapage à la Nursery, au 3ème. Là, bien au chaud au milieu d’un tas d’autres bébés dans des aquariums, elle suit un cours intensif de tétée. Et nous donne l’occasion de s’offrir le grand luxe d’un lunch en tête à tête pour la première fois depuis une centaine d’heures, hors de notre chambre, sous le Soleil!

Et après qu’elle ait brillamment réussi son examen de rattrapage, on retourne dans notre chambre avec le bébé et un devoir: de gré ou de force, elle doit manger toutes les 3 heures. Tous les moyens sont bons! Et faire tourner la machine avec une cadence militaire (réveiller, changer, téter, faire burp, compléter avec un peu de biberon, refaire burp, bercer, coucher, dormir), pas le temps de traînasser parce que dans 3h c’est reparti!

(*) = des petits pots

img_20161110_134721

Au fil du temps, les potiquets et autres accessoires qui ne suscitaient pas d’intérêt immédiat furent remisés par devers nous, créant le stock de notre petit marché personnel.
Over time, the eating goodies and other accessories that didn’t call for immediate consumption were kept behind us, making the stock of our small personal market.

img_20161109_131252

Des tas de sandwiches dégoulinants de bonnes choses!
Sandwiches oozing with good things!

As of today (well in fact it had already begun on Friday), we entered a parallel world where Time is no longer this regular metronome made of hours, days and weeks as we know it, but a kind of shapeless puree with some clumps here and there. From time to time, a waiter appears in the room with a tray named “lunch” or “dinner”, which give us an indication of the existence of the parallel world, the one of the metronome.

The tray contains a plate with some boiled vegetables, a bottle of water and some plastic jars or wraps containing various liquids more or less viscous. As the second occupant of the room, I don’t get a tray and will therefore refuel at the hospital canteen, which I’ve had time to visit the menu from top to bottom, for my greatest gastronomic delight.

The third tenant of the room is also not entitled to vegetables. She is on a matrilactic-only diet, which is much easier written than done. Naïvely, one would think that since nature does things well, and that a whole animal order works on these premises from mice to whales, feeding on breast milk would be a piece of cake. Well, not that simple. That cake required the collaboration of the three of us, plus half a dozen midwives to achieve.

Our main daily activity is collecting the colostrum, much like the elves collect morning dew, pearl by pearl, each pearl as precious as a gem. And also, to break the monotony of that task, choose a name for our princess, take pictures, announce her birth to the world, and so on.

If we succeeded brilliantly in the part of taking photos, come the evening (euphemism to mean “at 5am”), Shenaya (… we also agreed on her first name!) failed her exam of “Weighing of the 3rd day”, with a below-average result. Great excitement in the midwifery, and then she’s sent to the Nursery for tuition classes. There, warm in the middle of a bunch of other babies in aquariums, she follows an intensive course of breastfeeding. Which gives us the opportunity to enjoy the great luxury of going out on a private lunch for the first time in a hundred hours, out of our room, under the Sun!

After she’s brilliantly succeeded her breastfeeding exam, we go back to our room with the baby and a homework assignment: by hook or by crook, she must eat every 3 hours. We even have the tools to make it happen! And run this routine on a militaristic schedule (wake up, change, feed, burp, top-up, burp again, rock, lie down, sleep), no time to linger because in 3h it starts all over again!

img_6640

007 – License to milk!

Categories: Uncategorized | 1 Comment

Sun. 6 Nov. – Gaston, epilog(ue)

(Texte en français plus bas)

During her first day, the little one is an angel … She sleeps peacefully and overwhelms us with the charm of her pretty face, and if by chance a troubled dream wakes her up, I take her in my arms and she falls back asleep within 5 minutes. Proudly, I convince myself that I have that rare gift of calming the baby, that it seems almost too easy to be true.

Of course, it IS too easy to be true.

The idyll is only a lull, and our midwife So-Him tells us that a calm baby is no good omen, that she would rather hear her a bit louder.

At nightfall, the omen and the dark clouds materialise, and our were-princess transforms into an agitated and noisy little monster, impossible to soothe. The next day, her promising career as a punk-rock singer turns short in a few hours, as she breaks her voice to almost a whisper (it’s a sweet & sour feeling seeing one’s baby lose her voice, a strange mixture of amusement, relief and pity).

And this is the end of the story of the birth of Gaston, as it’s becoming quite clear now that we’ll need to find another name for her…

img_20161108_190411

At night: the voice of Siouxsie; In the morning: her looks (an no more voice).
La nuit: Une voix à la Siouxsie; le matin: son air de punkette (et plus de voix).

img_20161108_204602

Un ange dans ses nuages de coton
An Angel in her cotton clouds

Pendant la première journée, la petite est un ange… Elle dort paisiblement et nous inonde du charme de son joli minois, et si au hasard d’un rêve troublé elle se réveille, je la prends dans mes bras et elle se rendort dans les 5 minutes. Tout fier de moi, je me convainc que j’ai le rare don de calmer le bébé, que ça a l’air presque trop facile pour être vrai.

Bien sûr, c’EST trop facile pour être vrai.

L’idylle n’est en fait qu’une accalmie, et notre sage-femme du moment, So-Him, nous dit qu’un bébé trop calme n’est pas bon présage et qu’elle aimerait bien l’entendre un peu plus (malheureuse!).

A la nuit tombante, le présage et les nuages se matérialisent, et notre princesse-garou se transforme en un animal agité et bruyant, impossible à calmer. Le lendemain, sa carrière de chanteuse de punk-rock en herbe tourne court après quelques heures, quand elle perd sa voix au point de devenir presque muette (il y a un côté assez aigre-doux à voir son bébé perdre la voix, un étrange mélange d’amusement, de calme et de pitié).

Sur ce prend fin l’aventure de l’accouchement, et l’histoire de Gaston, puisque c’est assez clair qu’il va falloir lui trouver un autre nom dorénavant…

Categories: Uncategorized | Leave a comment

Sun. 6 Nov. – Gaston, act 5

(English test below)

Cinquième acte, vers 6h, c’est le redoutable coup de théâtre: c’est pas fini! Alors que pour nous, le temps s’était suspendu, une armée de médecins en tous genres grouillent toujours dans la pièce, marmonnent quelques trucs et embarquent Shikha pour LE “Théâtre” (celui où ne se jouent pas de comédies). Dans la chambre d’accouchement qui bourdonnait de monde et d’activité à divers degrés depuis 36h, je me retrouve tout seul avec la petite princesse Gaston (il va falloir changer ce nom!…) qui roupille, et la promesse qu’on nous ramènera sa mère dans la demi-heure.
En attendant, on va aller mesurer le princesse dans toutes ses dimensions, ce qui est fait avec l’aide d’une sorte de capsule spatiale (qui heureusement ne nous l’a pas envoyée en orbite). On a donc appris, au contentement de l’infirmière et mon soulagement de ne pas voir arriver un autre bataillon de spécialistes pour inspecter/enlever notre bébé, que toutes ses mesures étaient bonnes: 48cm, 3kg, 14.5% de matière grasse et une densité de 1.04 kg/L. Gluten-free. Un peu comme si on avait pesé un gros pot de yoghourt.

Elle n’est pas née depuis 2h qu’elle a déjà réussi son premier examen!

Ensuite, de retour dans notre chambre, on attend en tête à tête la fin de la demi-heure qui réunira notre petite famille… Demi-heure qui s’éternise et qui donne cours à toute une série d’idées noires, jusqu’à ce que, deux ou trois demi-heures plus tard, un médecin apparaisse et m’annonce que tout va bien. Il faudra encore quelques autres demi-heures de plus pour qu’on nous ramène la nouvelle maman, dans les vapes et sur un lit avec des tubes dans tous les sens. Je me retrouve alors avec 2 princesses endormies, et aux anges.

img_20161106_060226

Around 6am, it isn’t over yet, and an army of doctors of all breeds kidnap my wife and roll her out to the “Theater” (believe me, not one you’ll want to see). In the delivery room, which was teeming with people and activity to varying degrees for the last 36 hours, I find myself alone with the little princess who slumbers, and the promise that her mother will be brought back in half an hour. Meanwhile, we will measure the baby in all possible ways, which is done with the help of what looks like a space capsule (fortunately it didn’t send her into orbit). So we learned, to the satisfaction of the nurse and my relief to not witness another battalion of specialists inspecting my baby, that all her measurements were good: 48cm, 3kg, 14.5% fat and a density of 1.04 Kg / L. Gluten-free. A bit as if we had weighed a big pot of yogurt.

She’s been born for not more than 2h, and she’s already passed her first exam!

Then, back in our room, we await the end of the half-hour that will bring our little family back together… Half-hour that drags on, giving rise to a whole series of dark thoughts, until a couple of half-hours later, a doctor finally appears and tells me that all is well. It will take them another few half-hours to bring back the new mother, unconscious and on a hospital bed full of props and tubes – not a pleasant sighting. I am now reunited with both my sleeping beauties, and happy.

 

Categories: Uncategorized | Leave a comment

Sun. 6 Nov. – Gaston, act 4

(Texte en français plus bas)

Fourth act: it is Alisha who plays DJ now, but the time begins to drag a little and the audience feels tired. Until one routine examination later, the fateful 10 centimetres are announced. The news takes us a little by surprise: It will start soon! Unbelievable!

Indeed, around 2 am, Alisha, who in the meantime had prepared a small bassinet, heaps of towels and other utensils, gently ask Shikha to push, and again, and again.
And while under my eyes my wife turns into … I don’t know, but something completely different, with the little bassinet nearby and the nurses running around, I realise for the first time for the last 45h, that there, in this room, in a moment, there will be one more head, a baby will leave my wife and enter the world!

Shikha pushes, 1, 2, 3 again … and Alisha shows me a clump of hair, which is Gaston’s head! Pushes more (the eyes out of their orbits), and a head comes pops out from there !! One last time, and Alisha grabs Gaston by the head, pulls him and lays it on the chest of his mother, who weeps with joy, with a small detour to allow me to see this detail of his anatomy that makes Gaston a girl!

It is 4:20 am and I cut the umbilical cord, then the baby gets slowly accustomed from being “in” to “on” the belly of his mother, for his first hour in the world. All is well … and we discover each other slowly, Gaston-girl and us.

Curtain? Not so fast!

img_20161106_043837

Quatrième acte, c’est Alisha qui joue au DJ maintenant, mais le temps commence à être un peu long et l’audience est lasse. Jusqu’à ce qu’un examen de routine plus tard, les 10 centimètres fatidiques soient annoncés. La nouvelle nous prend un peu par surprise: Ca va commencer d’ici peu! Incroyable!

Et de fait, vers 2h du matin, Alisha, qui a entre temps préparé un petit berceau, des tas de serviettes et autres ustensiles demande doucement à Shikha de pousser, et encore, et encore.
Et alors que sous mes yeux ma femme se transforme en… je ne sais pas, mais quelque chose d’unique, avec le petit berceau tout près et les infirmières qui s’agitent, je réalise pour la première fois depuis 45h, que là, dans cette chambre, dans un instant, il y aura une tête de plus, un bébé va sortir de ma femme et entrer au monde!

Shikha pousse, 1, 2, 3, encore… et Alisha me montre là une touffe de poils, qui sont les cheveux de Gaston! Pousse encore (les yeux hors des orbites), et une tête sort de là!! Une dernière fois, et Alisha empoigne Gaston par la tête, le tire de là et le pose sur sa maman qui pleure de joie, non sans m’avoir au passage montré ce détail de l’anatomie qui fait de Gaston une fille!

Il est 4h20 du matin et je coupe le cordon ombilical, puis le bébé passe tout doucement de “dans” à “sur” le ventre de sa mère, pour sa première heure dans le monde. Tout est bien… et on se découvre mutuellement, Gaston(-ne) et nous.

Rideau? Pas si vite!

 

Categories: Uncategorized | Leave a comment